Les plus beaux châteaux de la Loire à visiter absolument

15-Le château de Langeais

C’est au château de Langeais que se marièrent Anne de Bretagne et Charles VIII le 6 décembre 1491.

À commencer ainsi notre classement, on peine à imaginer la suite ! Formidable bâtisse élevée au début du Moyen Âge, puis rebâtie par Louis XI au XVe siècle, le château de Langeais émerveille autant pour son incroyable collection de mobilier et de tapisseries que par son architecture. Alliant le caractère d’une place forte aux charmes d’un palais résidentiel, celle-ci témoigne de l’avènement de la Renaissance. A l’intérieur, une quinzaine de salles sont décorées et meublées selon les usages de cette époque, et dans le vieux donjon, le saut dans le temps est encore plus grand : une mise en perspective de sa construction avec échafaudage et engins de levage vous emmène en l’an mil !

14 – Le château de Sully-sur-Loire 

Le domaine a été racheté en 1962 par le département du Loiret, après plus de 300 ans dans la famille de Béthune-Sully.

Le château de Sully-sur-Loire, c’est en fait deux châteaux en un. Au Moyen Âge, en effet, le donjon et un petit château se tenaient d’un bout à l’autre de l’actuelle cour intérieure. Au fil du temps, de nouveaux bâtiments ont été construits (tour d’artillerie, galeries couvertes, écuries, pont…), certains déplacés (église), d’autres démolis (tour Philippe-Auguste du XIIIe siècle), et une galerie puis une aile ont finalement été édifiés pour relier le petit château au donjon. L’ensemble du site est donc aujourd’hui clos et, pour ne rien gâcher, richement meublé !

13 – La forteresse de Chinon

C’est au château de Chinon que le roi Charles VII reçut Jeanne d’Arc en mars 1429.

L’emplacement stratégique de la forteresse de Chinon semble être connu depuis la nuit des temps. D’après les archéologues, le site était déjà occupé trois mille ans avant notre ère, et fortifié dès la fin de l’Empire romain. C’est Foulques IV, comte d’Anjou, qui fit achever la forteresse à l’aube du XIIe siècle, puis Henri II Plantagenêt ordonna la construction du palais du fort Saint-Georges. L’ensemble du domaine – les fortifications (s’étendant sur plus de 500 mètres de longueur), le fort Saint- Georges, le fort du Coudray, et au centre, le château du Milieu, où se trouvent les logis royaux – a été en grande partie restauré entre 2003 et 2010 : 17 millions d’euros pour préserver et valoriser ce lieu exceptionnel.

12 – Le château de Brézé

Charlotte de Dreux-Brézé et Bernard de Colbert ont ouvert le château au public en 1998.

Ne vous fiez pas aux apparences ; sous sa belle allure Renaissance et ses intrigantes douves sèches, le château de Brézé cache une véritable forteresse souterraine. Aménagée au Moyen Âge dans un climat d’insécurité permanente, elle se compose de quatre kilomètres de galerie et de caves troglodytiques faisant office de dépendances : écuries, cuisines, boulangerie, salle des pressoirs, salle des foudres et même une magnanerie (élevage de vers à soie) ! Bien qu’il soit encore privé aujourd’hui – il appartient à la famille Colbert –, le château accueille des milliers de touristes par an. Les visites ont lieu en groupe et sur réservation.

11 – Le château de Chaumont-sur-Loire 

Le parc paysager de Chaumont-sur-Loire a été créé dans les années 1880 par le Prince Henri-Amédée de Broglie.

Construit vers l’an mille, le château de Chaumont-sur-Loire a eu le temps de recevoir du beau monde ! Catherine de Médicis s’y est installée dans les belles années de la Renaissance avant de laisser son bien à Diane de Poitiers, l’astrologue Nostradamus y a séjourné et, plus récemment, Benjamin Franklin y a été reçu par Jacques-Donatien Le Ray de Chaumont, propriétaire du château à partir de 1750 et fervent partisan de l’indépendance américaine. Et la liste ne s’arrête pas là ; racheté en 1875 par la joyeuse Marie-Charlotte Constance Say, fille du richissime sucrier, Chaumont-sur-Loire a accueilli les princes de toute l’Europe jusqu’à sa cession à l’état français en 1938.

10 – Le château de Saumur

Le belvédère du château de Saumur offre une vue panoramique sur la ville et la Loire. 

Avant de devenir le musée municipal en 1912, le château de Saumur a eu plusieurs vies : forteresse royale au XIIIe siècle, palais des ducs d’Anjou à la fin du Moyen-Âge, il devient ensuite la résidence des gouverneurs de la ville et fait office de prison du XVIIe au XVIIIe siècle. Si Napoléon Ier y mène des travaux pour en faire une véritable prison d’État, l’édifice est finalement transformé en simple dépôt d’armes à la Restauration. Loin de ce passé militaire, le musée vous présente désormais ses collections d’objets dédiées aux arts décoratifs ainsi qu’au cheval, car Saumur est un haut-lieu de l’équitation de tradition française depuis plus de deux siècles !

9 – Le château de Valencay

L’aile ouest du château de Valencay.

Épris de liberté, défenseur de la justice et amateur de ce qu’il nomme la « douceur de vivre », Charles-Maurice de Talleyrand se reconnaît dans les philosophies de Voltaire et de Montesquieu. Auteur de l’article 6 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui prône l’égalité de tous devant la loi, il crée sur son domaine de Valencay ce qu’il aurait souhaité pour la France : instruction des petites filles, secours aux malades, bureau de bienfaisance, construction d’une école pour garçons et d’une mairie… C’est sur ses terres que le généreux diplomate se sent le mieux, et qu’il repose depuis 1838.

8 – Le château de Villandry 

Les visiteurs peuvent choisir de visiter tout le domaine de Villandry ou simplement le parc.

Villandry est aussi remarquable pour son château d’une élégante simplicité que pour ses jardins. Construit par le ministre des finances de François Ier Jean Le Breton à partir de 1532, il est le petit dernier des grands châteaux de la Loire. S’il a perdu un peu de son charisme Renaissance en changeant de propriétaire au XVIIIe siècle, il a finalement été rénové et remis à la mode de l’époque au début du XXe, à l’initiative de Joachim Carvallo et Ann Coleman. Le domaine est encore dans la famille aujourd’hui, et son propriétaire s’attache à le préserver tout autant que ses aïeux.

7 – Le château de Cheverny

Cheverny est aussi connu pour ses chenils, où vivent toute l’année des centaines de chiens de chasse.

Mille milliards de mille sabords ! Sommes-nous à Cheverny ou à Moulinsart ? Si le doute est permis, c’est bien parce qu’Hergé s’est inspiré du château de la Loire pour dessiner celui du capitaine Haddock. L’auteur des aventures de Tintin a ainsi largement contribué à la notoriété du site, qui en profite : la visite des appartements et des jardins s’accompagne d’une immersion dans l’univers du célèbre détective qui a déjà attiré plus d’un million de curieux. Mise en place avec la Fondation Hergé, cette exposition permanente et interactive fait du château de Cheverny le rendez-vous incontournable des familles dans le Val de Loire.

6 – Le château de Blois 

A l’intérieur du château de Blois se trouvent les appartements royaux restaurés au XIXe siècle par l’architecte Felix Duban et le musée des Beaux-arts de la ville.

Un tour de 360° dans la cour d’honneur du château de Blois, et vous avez déjà un aperçu de son histoire : on y distingue l’aile gothique de Louis XII, qui gouverna le Royaume depuis Blois à partir de 1498 et dont la statue équestre se trouve au-dessus de l’entrée, l’aile Renaissance que François Ier fit bâtir de 1515 à 1524 et orner de son fameux escalier, l’aile classique de Gaston d’Orléans (frère du roi Louis XIII) édifiée au XVIIe siècle, et bien sûr ce qu’il reste de la forteresse royale du XIIIe siècle, à savoir plusieurs tours du bâtiment François Ier, une partie du rempart, la tour de Foix et la salle des États Généraux.

5 – Le château d’Amboise

La majeure partie du château d’Amboise fut construite sous le règne de Charles VIII.

Le château d’Amboise occupe le promontoire du Châtelier, point d’observation imprenable sur la Loire et connu de l’homme depuis le néolithique. Il fut le premier chantier royal de transition architecturale entre Moyen Âge et Renaissance : l’aile gauche et ses fenêtres à meneaux conservent une influence gothique, tandis qu’au deuxième étage de l’aile droite, les pilastres encadrant les fenêtres signalent le règne de François Ier. Dans les jardins, le buste de Léonard de Vinci marque l’emplacement de son inhumation avant son transfert dans la chapelle.

4 – Le château d’Azay-le-Rideau

Le château d’Azay-le-Rideau a récemment fait peau neuve grâce aux restaurations entreprises par le Centre des monuments nationaux.

Délicatement posé entre deux bras de l’Indre, Azay-le-Rideau se distingue des autres châteaux de la Loire par son architecture en forme de L. Élevé à partir de 1518 sous l’égide de François Ier, il ne montre rien de son aspect défensif, puisque son chemin de ronde (présent uniquement sur les deux façades extérieures) est fermé par les combles. L’édifice est entouré d’un parc paysager magnifique, cerné par l’eau dans laquelle il se reflète gracieusement… et c’est sans doute cette allure si paisible qui en fait l’un des châteaux favoris des visiteurs : environ 300 000 par an !

3 – Le château d’Ussé 

Les deux cèdres du Liban qui s’élèvent à l’entrée du domaine ont été offerts par Châteaubriand à la duchesse de Duras.

Il était une fois une forteresse devenue château de plaisance au fil des siècles… Mariant harmonieusement ses hautes tours défensives à ses jardins à la française, le féérique château d’Ussé aurait inspiré à Charles Perrault son conte La Belle au Bois Dormant, écrit à la fin du XVIIe siècle. Fort de cette réputation, le site propose aux visiteurs de revivre les scènes du récit lors de leur passage dans le donjon et sur le chemin de ronde. Ils peuvent ensuite découvrir les pièces meublées du palais, ses dépendances et sa terrasse fleurie imaginée par Le Nôtre ; un point de vue magique (conte de fées oblige) sur l’Indre et la campagne.

2 – Le château de Chenonceau 

Le potager des fleurs, le labyrinthe, la ferme, le parc aux ânes, les jardins de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis… Ne manquez rien du superbe domaine de Chenonceau !

Construit à cheval sur le Cher, Chenonceau est un des joyaux de la Renaissance française. Surnommé le château des Dames car il fut majoritairement occupé par des femmes jusqu’au XIXe siècle (Diane de Poitiers, Catherine de Médicis, Louise Dupin, intellectuelle des Lumières…), il devint ensuite au cours de la Grande Guerre le toit de 2 250 soldats blessés. Plus tard, alors que la France était partiellement occupée par l’Allemagne nazie, il servit de point de passage clandestin vers la zone libre. Tout cela à l’initiative de la famille Menier, propriétaire du château depuis 1913.

1 – Le château de Chambord

A qui doit-on le château de Chambord ? Encore aujourd’hui, l’identité de son architecte reste un mystère…

Qui dit Chambord pense François Ier et Léonard de Vinci. Le roi avait en effet associé l’ingénieur italien (le plan centré et le double escalier lui sont dus) à ce projet architectural à visée hautement stratégique : démontrer sa puissance à ses rivaux. S’il est décédé avant de voir les travaux achevés, François Ier n’en a pas moins réussi son coup. Chambord, qui est parvenu jusqu’à nous en grande partie dans son état originel, est sans conteste l’emblème de la Renaissance française ! Majestueusement dressé au milieu d’une nature à perte de vue, il est le témoin de 500 ans d’histoire de France et le plus célèbre des châteaux de la Loire.

Issu de l’article: https://www.detoursenfrance.fr/patrimoine/chateaux-et-monuments/les-plus-beaux-chateaux-de-la-loire-a-visiter-absolument-7968

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire