Où faire la fête ?

Depuis quelque temps, le Grand Paris connaît un incroyable dynamisme de la fête ! Un renouveau, souffle sur l’Ile-de-France, qui devient le terrain de jeu d’une nouvelle génération de fêtards. En club, dans les parcs et jardins franciliens ou bien dans des endroits insolites comme les usines désaffectées, les soirées fleurissent et l’offre musicale s’est largement diversifiée, même si les musiques électroniques – techno et house en tête – ont ouvert la voie et restent majoritaires. Petit tour d’horizon des lieux et des soirées incontournables. Rock, electro, select, alternatif, jazz, chanson, comédie musicale… Il y en a pour tous les goûts et toutes les envies.

LES NOUVEAUX LIEUX

Ça bouge dans le monde du clubbing ! Les nouveaux lieux fleurissent çà et là, aux quatre coins du Grand Paris. Petit tour d’horizon des « hot spots » de la nuit. Il y a les clubs comme Salò (2e) – dont le nom est un clin d’œil au film de Pasolini – et qui remplace l’ancien Social Club, Electric (15e) et sa vue panoramique sur la tour Eiffel, Nuits Fauves (13e) et ses trois dancefloors, et, juste à côté, Grand Rivage avec son côté bohème berlinois… Une effervescence qui n’est pas étrangère au renouveau de plusieurs quartiers. C’est le cas, par exemple, du parc de la Villette, revigorée par l’arrivée d’un lieu original, à la fois café, restaurant et club certains soirs : À la folie (19e). Côté Seine, dans le 13e arrondissement, plusieurs péniches ouvrent désormais leur pont ou leur cale aux clubbers, comme Le Playtime ou Petit Bain. Et pour les amateurs de petites soirées alternatives, foncez au Macumba (1er) et son impressionnant décor façon Égypte antique, ou bien chez Madame Arthur (18e) qui joue la carte cabaret francophone, ou encore à l’iconoclaste La Station, qui s’est installée dans l’ancienne gare des Mines à la porte d’Aubervilliers (18e) et est gérée par le collectif MU, qui y organise des soirées, projections et performances le temps de la belle saison. Tous les regards sont également tournés vers le nord-est de la capitale avec la très attendue ouverture du Dock B à Pantin au printemps prochain. Un nouveau lieu de vie et d’échanges, un nouveau lieu incontournable de la nuit !

UNE ENVIE D’ÉLECTRO ?

Ça tombe bien : le Grand Paris propose de nombreux événements alléchants, avec des artistes de renommée internationale invités chaque semaine. Citons par exemple Salo (2e), Badaboum (11e), Le Gibus (11e), Glazart (19e), Faust (7e) ou encore l’indétrônable leader parisien, le Rex Club (2e).

Si vous préférez les ambiances intimistes dans les petits clubs, alors des lieux tels que Le Klub (1er), Chez Moune (9e) ou le Macumba (11e) sont faits pour vous ! Mais, au-delà des clubs, le Grand Paris offre de plus en plus de soirées, majoritairement axées sur la techno dans des lieux insolites et portées par des collectifs tels que Drom, Fée Croquer, Berlinons Paris, Possession ou Débrouï-art. Leur terrain de jeu : les zones de fête de l’Ile-de-France où le bruit est moins problématique.

JAZZ IN PARIS

Paris, capitale du jazz, offre nombreuses possibilités pour se déhancher en écoutant sa musique préférée. Passage obligé par les clubs mythiques comme Le Petit Journal Saint-Michel (5e), Le Caveau de la Huchette (5e) ou Le Duc des Lombards (1er), haut lieu du jazz. Il y a aussi les cafés-concerts emblématiques à l’instar du Café Laurent (6e), centre de la vie germanopratine dans les années 50 et où jouait autrefois Boris Vian, mais aussi les restaurants avec scènes live, comme La Bellevilloise (20e) et son fameux jazz brunch du dimanche. Citons également le River Café à Issy-les-Moulineaux et ses concerts flottants sur la Seine, Le Triton, un restaurant associatif aux Lilas qui fait la part belle aux concerts jazz, ou encore La Dynamo de Banlieues Bleues, installée dans une ancienne fabrique de sacs de toile de jute à Pantin…

ROCK À GOGO

Tous les styles du rock peuvent s’écouter sur les scènes de nombreux bars et clubs parisiens. Indie, punk, garage, new wave, hard, métal… sont à l’honneur presque tous les soirs et parfois, les salles de concert se transforment en espace à danser une fois le live terminé. Le Gibus (11e), UFO (11e), La Féline (20e) sont des incontournables en la matière.

LE GRAND PARIS DE TOUTES LES MUSIQUES

Il n’y a pas que l’electro, le rock et le jazz… tous les styles de musique se donnent rendez-vous dans le Grand Paris. Presque chaque soir, l’Ile-de-France part en live. Il y en a pour tous les goûts : chanson française, musique du monde, hip-hop… Tout au long de l’année, de nombreuses salles de concert mais aussi des bars et d’autres établissements culturels offrent une programmation riche et variée avec des musiciens internationaux, des artistes « made in France » et des jeunes talents. Réparties aux quatre coins de Paris, découvrez les scènes mythiques de la capitale : Le Bataclan et Le Café de la Danse dans le 11e arrondissement, mais aussi Le Casino de Paris (9e), La Cigale (18e), La Maroquinerie (20e), L’Européen (17e)… Parmi les nombreux autres lieux où l’on peut écouter de la musique : Le Pop-Up du Label (12e), L’Olympic Café (18e), Lou Pascalou (20e), Grand Bouillon à Aubervilliers, le Café La Pêche à Montreuil, Canal 93 à Bobigny, la Halle Roublot à Fontenay-sous-Bois… Pour connaître la programmation, rendez-vous sur la page Facebook de chacun de ces lieux.

SOIRÉES LGBT

La communauté gay et lesbienne est parmi les fers de lance de l’effervescence actuelle dans le monde de la nuit. Et, bien entendu, ces soirées sont hétéro friendly. L’état d’esprit est ouvert, très détendu et super festif. Outre les spots historiques autour du Marais (comme les bars Banana Café, The Labo, Bears’ Den ou le club Le Dépôt), il y a aussi l’incontournable Rosa Bonheur : Rosa Bonheur Buttes-Chaumont, qui rouvre ses portes courant mars après des travaux, et sa petite sœur, Rosa Bonheur sur Seine sur les Berges de Seine. On compte également plusieurs lieux incontournables où ont lieu des soirées LGBT : les samedis du Gibus (11e), Le Tango (3e) aussi connu aussi sous le nom de « La Boîte à frissons » ou le Raymond Bar Club (2e). Côté soirées, vous avez l’embarras du choix : la Madame Klaude aux Étoiles (10e), le Grand Motel au Badaboum (11e), Flash Cocotte, La Trou aux Biches, Wet For Me de Barbieturix pour les filles, Bizarre Love Triangle au Maxim’s, CockOrico, Menergy, Champs Libre (dans un hangar à Aubervilliers) ou bien encore La Sale. Sans oublier la Nuit des Follivores et des Crazyvores, organisées en alternance au Bataclan et au Gibus.

Plus d’infos sur le Paris LGBT

ESPRIT ALTERNATIF

Le Grand Paris est-il le nouveau Berlin ? Le phénomène alternatif est si puissant qu’un documentaire a même vu le jour : « Le Renouveau ». Visible en ligne, il narre les épopées d’une flopée de nouveaux collectifs du Grand Paris, qui misent sur une fête participative, joyeuse, libre et éco-responsable ; investissant sans cesse de nouveaux lieux, sous les ponts, dans les parcs, ou proposant leurs fêtes à des ateliers d’artistes disséminés un peu partout en l’Île-de-France. Ils ont pour nom Alter Paname, Otto Dix, La Mamie’s, Cracki, D.Ko Records, 75021, le Camion Bazar, Microclimat, la Dynamicale, Drom, Soukmachines ou bien Pardonnez-Nous… On les retrouve facilement, via leur site internet ou leur page Facebook.

Et s’ils organisent des soirées dans des clubs parisiens, leur véritable innovation est d’investir des lieux associatifs ou militants du Grand Paris, dans une démarche artistique pluridisciplinaire. Soukmachines s’est ainsi installé pour un an (jusqu’en juin) à La Halle Papin, une ancienne usine actuellement en friche située à Pantin. Le grand squat emblématique de Saint-Denis, Le 6B, voit défiler, chaque week-end entre mai et octobre, une foule bigarrée qui vient jouer, danser et découvrir les pratiques artistiques du lieu. Même esprit à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, à La Villa Mais d’ici à Aubervilliers, à La Ferme du bonheur à Nanterre, au Péripate dans le 19e, à Anis Gras à Arcueil, au Hangar à Ivry-sur-Seine, ou encore aux Grands Voisins, dans l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul (14e). À Vitry-sur-Seine, Gare au Théâtre, « Fabrique d’objets artistiques en tout genre », a pris ses quartiers dans une ancienne gare réhabilitée et vibre au rythme de nombreux événements, à l’image de la Grande Fête du Gros Paris.

À noter que Intersquat Paris est une plateforme d’échange qui mutualise différents squats d’Île-de-France afin de renforcer les liens entre différents collectifs.

Plus d’infos sur les salles de concerts et lieux alternatifs du sud-est de Paris

LES « SELECT »

Par définition, on y danse entre gens de bonne compagnie… Et l’entrée est plus ou moins difficile si on n’est pas un habitué, voire un membre, comme au fameux Silencio, imaginé par le réalisateur américain David Lynch. Tenue correcte exigée également dans des lieux tels que Le Montana (6e), Le Carmen (9e) ou Les Bains (3e), qui est désormais un hôtel et un club. Sans oublier les nombreuses boîtes de nuit VIP de l’ouest parisien, autour des Champs-Élysées, dans le 8e arrondissement de la capitale : le Matignon, Chez Raspoutine, Maxim’s, le Manko. Citons également le bien nommé VIP Room dans le 1er arrondissement.

PLEIN AIR ET FAMILLE

De nombreux lieux disposent d’un intérieur et d’un extérieur. Il n’est donc pas rare que les fêtes débutent à midi et, dès le printemps, les cours, terrasses ou plages artificielles sont prises d’assaut par un public déguisé, pailleté et qui vient souvent avec les enfants se dandiner au soleil. Pour un esprit guinguette, direction le Rosa Bonheur, dans le parc des Buttes-Chaumont (19e) et au Rosa Bonheur sur Seine (7e) ou encore à La Guinguette de l’île du Martin-pêcheur, à Champigny-sur-Marne. Citons aussi Glazart dont LaPlage fait saliver tout Paris, ou encore à La Clairière et au Chalet des Iles (dans le bois de Boulogne). Les parcs du Grand Paris se transforment aussi en lieux de festival. La Dynamicale a, par exemple, investi le parc Jean-Moulin à Bagnolet pour un festival de 48 heures. Pour en savoir, consultez les pages internet de ces lieux et ces collectifs. Et chaque été, ne manquez pas L’Été du Canal qui anime pendant deux mois le canal de l’Ourcq à travers une programmation riche et variée : croisières festives et musicales, promenades, bals populaires, spectacles, concerts, expositions, parcours d’art urbain, port de loisirs, des animations pour les familles… Une vraie fête ouverte à tous !

Issu de l’article: https://www.parisinfo.com/decouvrir-paris/guides-thematiques/paris-la-nuit/ou-faire-la-fete/ou-faire-la-fete

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire