QUE FAIRE À ETRETAT EN NORMANDIE ? 2 JOURS PRÈS DES FALAISES MYTHIQUES

Aujourd’hui, je vous emmène visiter Etretat en Normandie. Ça faisait longtemps que j’avais envie de découvrir cette jolie petite ville de bord de mer avec ses falaises, ses légendes et ses bonnes adresses gourmandes. C’est désormais chose faite ! Mais que faire à Etretat ? Comment y aller ? Combien de temps rester ?


Je vais vous raconter ma petite escapade là-bas et partager avec vous de jolies balades à faire et quelques bonnes adresses. Passer le week-end à Etretat, c’est évidemment explorer les falaises mais aussi respirer l’air iodé, bien manger, prendre du temps pour soi… et découvrir des endroits inhabituels !


La visite d’Etretat, une ville aux falaises majestueuses

Etretat est une minuscule ville de Normandie, elle compte moins de 1500 habitants « et beaucoup, beaucoup, beaucoup de gîtes et de résidences secondaires », dixit une charmante dame avec qui j’ai discuté sur place. Alors tout le monde se connaît… et on fait vite le tour des petites rues du centre ville !


Visite d’Etretat : la ville elle-même

Étretat est une ville de pêcheurs, ce qui a marqué l’architecture locale puisque l’on trouve des maisons de brique jadis occupées par ces professionnels de la mer. Elles étaient regroupées autour d’une petite cour centrale qui prenait le nom d’un patron de pêche ou d’un équipage, à l’instar de la cour Martin ci-dessous.


On tombe sur des joyaux, comme cette vieille bâtisse qui abrite un hôtel, La Résidence Manoir De La Salamandre. Elle a été bâtie en « copiant » une demeure de Lisieux démolie en 1899, la maison Plantefor de Lisieux.

Vous pouvez dîner sur place, au restaurant Le Galion qui fait partie des bonnes adresses de la ville !

Le Manoir de la Salamandre a été bâti par le même architecte que celui qui a créé le marché couvert d’Etretat. Vous y passerez forcément lors de votre visite d’Etretat, on ne peut pas rater le « Vieux Marché » sur sa petite place. A l’intérieur, on y trouve des souvenirs, de l’artisanat et de très jolies cartes postales pour envoyer une pensée à vos proches !


Plein de légendes entourent la ville. Par exemple, l’église d’Etretat ne se situe pas dans le bourg comme la plupart des églises… mais est assez excentrée. C’est le Diable en personne qui, dit-on, a déplacé les fondations de l’église alors que les hommes du village tentaient de la bâtir plus proche du centre d’Etretat.


Je suis allée faire un tour dans ce coin, l’église elle-même n’a pas de particularité si ce n’est cette légende. Elle aurait été bâtie à l’initiative d’une femme, Dame Olive. Celle-ci lavait son linge dans une source située sur la plage lorsque des vikings ont tenté de s’emparer d’Etretat. Elle a imploré Dieu de lui venir en aide alors qu’elle tentait de prévenir les habitants… et son voeu a été exaucé : une tempête a fait rage, emportant au large les envahisseurs !


Pour remercier Dieu de cette intervention divine, la riche Olive ordonna que l’on bâtisse une église près de la mer. Le Diable facétieux profitait, dit-on, de la nuit, pour déplacer toutes les pierres… et c’est ainsi que l’église s’est retrouvée à son emplacement actuel !


La plage d’Etretat

Etretat existerait depuis l’Antiquité, a toujours eu un lien privilégié avec la mer et est devenue une station balnéaire au 19ème siècle. Aujourd’hui, les pêcheurs sont toujours présents même si la ville a largement délaissé cette activité. A la nuit tombée, quand les touristes fuient le bord de mer battu par les vents, ils sont plusieurs à venir installer leur canne à pêche dans l’obscurité sur la plage d’Etretat.


Beaucoup de gens commencent leur week-end sur place par un détour à l’Office du Tourisme. Et quand vous demandez que visiter à Etretat, on vous dit très clairement qu’en-dehors des falaises, point de salut.


Les falaises d’Etretat sont de (très) vieilles dames, je n’imaginais pas qu’elles étaient si anciennes et ça les rend encore plus majestueuses : la craie blanche qui les forme daterait d’environ -90 millions d’années ! Elles plongent à pic dans la mer et leur couleur claire crée un contraste assez magique avec le ciel changeant, les vaguelettes qui viennent lécher les plages de galets… le tout sous les cris des goélands !


Les galets, justement, font partie intégrante de l’identité d’Etretat. Vous verrez d’ailleurs sur place de nombreux panneaux expliquant leur rôle clé dans la préservation du littoral. Ils se forment suite à l’effondrement de pans de falaise, quand la mer vient polir le silex des falaises. Le sport préféré des enfants sur place : faire des ricochets !


Etretat m’a rappelé des souvenirs d’enfance : les jeux sur les rochers, les épuisettes et les cirés, tenter d’attraper des crabes, des crevettes et autres bestioles marines dans les trous d’eau laissés par la marée descendante, la recherche de l’anémone de mer la plus grosse, les « grottes secrètes » pas si secrètes mais « on dirait qu’on serait des explorateurs » quand même. 


Aller à Etretat, c’est prendre le temps de vivre : il y a peu de choses à visiter sur place, hormis les magnifiques Jardins d’Etretat, les falaises, Le Clos Lupin (la maison de Maurice Leblanc, créateur du personnage d’Arsène Lupin). Alors on se balade, on profite, on respire à pleins poumons et ça fait du bien !


Falaises d’Etretat : la falaise d’Amont

Etretat est nichée entre deux falaises, un peu comme Hastings et ses collines en Angleterre ! Face à la mer, vous trouvez sur votre droite la falaise d’Amont.


Elle doit son nom au fait qu’elle se situait en amont d’un cours d’eau qui circulait sur la côte… On peut accéder au sommet par un petit train touristique ou à pied par un escalier depuis le front de mer. La mairie d’Étretat a fermé le parking qui se trouvait au sommet de la falaise d’Amont, avec l’ambition de préserver le paysage pour décrocher le label « Grand Site de France ».


La Chapelle Notre Dame de la Garde

Au sommet, on découvre une petite chapelle livrée aux vents, la Chapelle Notre Dame de la Garde… et pas mal de gens s’installent contre ses murs protecteurs pour un pique-nique en plein air. Elle a été construite au milieu du 19ème siècle… et reconstruite au milieu du 20ème siècle après avoir été lourdement endommagée par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale.


Tous les matériaux de construction avaient été transportés à la main au sommet de la falaise d’Amont et vous comprendrez en faisant la balade à quel point ça a dû être épuisant ! La chapelle Notre Dame de la Garde est dédiée aux marins, on y aperçoit d’ailleurs des gargouilles à tête de poisson à l’extérieur. Elle est généralement fermée au public.


Le Tunnel du Chaudron

En contournant la chapelle, on peut profiter d’une vue magnifique sur la mer… et d’une vue plongeante sur le bas des falaises, qui fait réaliser subitement à quel point on est en hauteur ! Vous apercevrez sûrement un drôle de monument en forme d’aiguille, c’est un hommage aux aviateurs Charles Nungesser et François Coli, dont l’avion – L’Oiseau Blanc – a disparu alors que les deux hommes tentaient une traversée Paris-New York sans escale. C’est à Etretat que leur avion a été aperçu pour la dernière fois.

Un petit chemin semble se diriger vers la mer… et en le suivant, vous allez tomber sur un escalier… qui descend au pied des falaises.


Je vous conseille de l’emprunter exclusivement à marée basse car sinon, vous devrez faire le chemin en sens inverse ce qui est bien moins facile ! A marée basse, les choses se passent un peu différemment, vous allez voir ! En bas de l’escalier, on peut descendre sur les rochers (et même sur la « plage » via une échelle rouillée !).

En se retirant, la mer laisse des trous d’eau parfois profonds et les strates de silex des falaises d’Etretat se révèlent. On peut apercevoir la côte jusqu’à la ville de Fécamp.

Regardez la falaise au premier plan, on a l’impression qu’un géant a mordu dedans ! Tout au fond, on distingue la silhouette de l’Aiguille de Belval et du Roc Vaudieu.


On peut aussi s’approcher de l’une des arches d’Etretat, qui a été creusée par la rivière souterraine qui coulait là… C’est la porte d’Amont, l’une des trois portes d’Etretat. Sur votre gauche, en bas de l’escalier, vous allez voir une sorte de grotte basse de plafond. Bizarre bizarre. Entrez à l’intérieur. Vous voilà presque dans l’obscurité, le tunnel du Chaudron devient un peu plus haut de plafond… et quand vous arrivez à l’autre bout, vous vous retrouvez face à une échelle qui descend sur la plage.


Si vous l’empruntez, vous pouvez rejoindre Etretat par la plage, à pied, au lieu de remonter l’escalier abrupt du Chaudron. A marée haute, cette zone est inaccessible.


Falaises d’Etretat : la falaise d’Aval

La Falaise d’Aval est la plus connue, on y trouve l’Arche et l’Aiguille d’Etretat, haute de 55 mètres. De nuit, elle est éclairée par de gros projecteurs qui mettent en valeur sa beauté.

Ici, la mer a imprimé son dessin dans les falaises d’Etretat. C’est beau et fragile à la fois car on devine qu’à tout moment, cet incroyable littoral sculpté par des années de marée peut disparaître en partie dans « la vague de trop ».


Les parcs à huîtres de Marie-Antoinette

On trouve ici plusieurs curiosités : le sol est marqué par les traces de l’eau douce de la rivière souterraine… et vous découvrirez les anciens parcs à huîtres de Marie-Antoinette ! Au 18ème siècle, on y élevait des huîtres qui prenaient la route de Versailles pour le petit-déjeuner de la Reine.


C’est le baron de Bellevert qui avait fait bâtir ces parcs, important des huîtres depuis Cancale notamment. A ce qu’il paraît, elles avaient une saveur particulière en raison de l’alliance entre eau de mer et eau douce à cet endroit.


Aujourd’hui, point de royauté ! Les enfants viennent chercher des crevettes dans les vestiges du parc à huîtres à marée basse !

Puis nous découvrons le Trou à l’Homme. Quand j’avais demandé autour de moi « Que faire à Etretat ? Que visiter à Etretat ? », on m’avait vite parlé de cette immense grotte dans la falaise d’Aval, accessible seulement à marée basse.


Le Trou à l’Homme à Etretat

La légende raconte qu’il y a plusieurs siècles, un bateau scandinave a fait naufrage à proximité. Tout l’équipage a péri… sauf un homme, que la mer a projeté dans ce trou. Étrangement, le Trou à l’Homme est en partie protégé (quand vous vous mettez en hauteur) et une bulle d’air s’y forme à marée haute, ce à quoi l’homme a dû son salut.


Si l’on en croit la légende, le Trou à l’Homme donne naissance à des tunnels si profonds que nul ne peut les visiter en entier !

Chaque année, des touristes se laissent prendre au piège par la marée (plusieurs dizaines de personnes) et paniquent. La mairie a donc mis une pancarte dans le Trou à l’Homme, expliquant « Vous êtes ici en sécurité. Ne paniquez pas. Attendez la marée basse ». Beaucoup de gens ne supportent pas l’idée d’attendre 6 heures dans le trou… et appellent les pompiers. Si jamais vous vous retrouvez coincé, il y a un abri pour se protéger du vent.


A marée basse, on emprunte un tunnel obscur qui débouche sur une plage… accessible uniquement via le tunnel ! Il y a quelques années, la plage de galets était située très bas par rapport au tunnel alors qu’aujourd’hui, elle est beaucoup « remontée », les tempêtes sculptant l’endroit.


Ici, beaucoup de gens viennent avec leur drone pour filmer les falaises d’Etretat d’en-haut, il faut reconnaître que c’est magnifique ! On voit l’Aiguille de près…


Et surtout, on peut passer sous la troisième arche célèbre d’Etretat : la Manneporte.

Elle est impressionnante par ses dimensions et en allant dessous, on aperçoit encore d’autres falaises, d’autres grottes ou tunnels au loin. Il faut savoir qu’il y a parmi tous ces tunnels cachés sur la côte un vrai dispositif militaire qui permettait le débarquement de soldats en toute discrétion. J’ignore l’étendue du réseau dissimulé dans les falaises… mais ça stimule l’imagination !


Au sommet de la falaise d’Aval

En revenant sur le front de mer (où il y a d’ailleurs des toilettes publiques si vous avez besoin d’une pause pipi !), on peut monter au sommet de la falaise d’Aval. J’ai fait cette balade lors de mon deuxième jour sur place et la météo était bien moins clémente que le premier jour. Des rafales de vent soufflaient au sommet des falaises… et je dois avouer que ça donnait un côté encore plus beau et sauvage à la balade !


Le terrain est parfois abrupt et glissant par temps de pluie… mais la vue vaut bien quelques efforts ! On admire la falaise d’Amont mais aussi la mer et, au loin, le phare d’Antifer. Il y a un golf au sommet de cette falaise.


On aperçoit au loin le cap d’Antifer et le port du Havre-Antifer, qui accueille des super-pétroliers, parqués derrière une digue de 3.5 kilomètres de long qu’on voit sur la photo. Le port peut accueillir des bateaux jusqu’à 500 mètres de long, ce qui est tellement grand qu’on les aperçoit depuis les falaises d’Etretat !

J’aurais aimé aller à pied jusque là-bas (environ 6km de marche jusqu’au phare) mais avec la pluie, le sol était extrêmement glissant sur une portion du trajet et j’ai renoncé.


Prudence autour des falaises d’Etretat

Les falaises d’Etretat, je vous l’ai dit, sont de vieilles dames et sur place, les règles de prudence sont répétées un peu partout. Ne pas stationner sous les falaises (ou faire des selfies en haut des falaises au bord du vide) car il peut y avoir des chutes de pierres (en 2013, 30 000 tonnes de falaises se sont écroulées sur cette côte). Accessoirement, les chutes accidentelles sont régulières et c’est triste de mettre sa vie en danger pour une photo sur Instagram.


Et puis, à Etretat, on vous alerte aussi sur la marée : il y a des balades, comme le Trou à l’Homme, que l’on ne peut faire que lorsque la marée est basse. Idem quand vous entrez dans le Tunnel du Chaudron pour revenir à Etretat par la plage, c’est un chemin que l’on ne peut emprunter qu’à marée basse.


On aperçoit ici la plage à laquelle on accède via le Trou à l’Homme, où la marée haute coupe toute possibilité de retraite !

On n’en prend pas conscience quand on n’habite pas sur place mais la marée monte extrêmement haut, j’ai moi-même été surprise de voir à quel point la plage d’Etretat disparaissait presque à marée haute. Chaque été, il y aurait d’après la mairie jusqu’à 350 mises en garde par jour de touristes imprudents qui s’aventurent vers le Trou à l’Homme alors que la marée remonte.


Sans parler des opérations de sauvetage par la mer ou en hélico quand les gens se retrouvent coincés. Pour le Trou à l’Homme, il faut revenir au maximum 4 heures avant l’heure de la marée haute. Les horaires des marées sont affichés juste avant de descendre sur la plage donc pensez à jeter un oeil, ça évite bien des ennuis.


J’ai grandi au bord de la mer donc ce sont des réflexes qu’on a… mais pas mal de touristes se laissent piéger parce qu’ils ne réalisent pas à quel point la marée peut monter vite… ou à quel point il faut du temps pour traverser une plage de galets entière !


Comment aller à Etretat ?

Etretat n’est pas desservie par le train donc le plus simple est d’y aller en voiture ou via un covoiturage. Depuis 2016, la SNCF propose une opération spéciale entre Paris et Étretat : elle inclut un billet de train reliant Paris Saint-Lazare à la petite gare de Bréauté-Beuzeville, puis un autocar Bréauté-Etretat, le tout à un tarif très abordable (à partir de 18 euros). L’opération « Etretat vous tend les bras » fonctionne seulement une partie de l’année, incluant la belle saison. Flixbus propose également à certaines périodes une liaison Paris-Étretat (comptez environ 4h de trajet).


Pour aller à Etretat hors saison sans voiture, il faut prendre le train jusqu’à Bréauté-Beuzeville ou Le Havre, puis un taxi. Pour ma part, j’ai fait appel aux taxis des Hautes Falaises. Mon chauffeur était adorable mais le prix du trajet est ruineux, comptez 80 à 100 euros l’aller-retour entre la gare et Etretat ! Il y a également un bus mais seulement à certains horaires très précis.


Conseils et bonnes adresses pour votre visite d’Etretat

A mon sens, 2 jours sur place suffisent pour la visite d’Etretat, ça laisse amplement le temps d’explorer les falaises, les Jardins, la ville elle-même tout en prenant le temps de faire des pauses. Bien sûr, vous pouvez aussi rester plus longtemps et aller explorer d’autres villes de Normandie (Honfleur, Deauville, Trouville, etc).


Côté hébergement, il y a l’embarras du choix. Énormément de logements à louer sur Airbnb, souvent entre 50 et 80€ la nuit. Si vous n’avez jamais réservé sur le site, n’hésitez pas à vous inscrire en passant par ce lien, ça vous permettra de profiter d’une réduction allant jusqu’à 25 euros sur votre première réservation de 65€ au moins.


Il y a aussi plein d’hôtels et de bed and breakfast. Pour un week-end romantique, il y a notamment le superbe Castel De La Terrasse qui donne sur la mer, où l’on peut dîner au coin du feu en hiver.


Quand partir à Etretat ?

Côté météo, c’est un peu le même combat qu’en Bretagne ou en Angleterre : le temps peut vite changer, dans un sens comme dans l’autre… donc les prévisions météo ont une fiabilité limitée !


Prévoyez un vêtement de pluie, couvrez-vous bien car le vent peut souffler très fort sur les falaises d’Etretat (pensez au bonnet à partir de l’automne !) et emportez de bonnes chaussures, ça fait toute la différence pour marcher en gardant les pieds au sec. C’est aussi bien plus pratique pour marcher sur les galets.


Evidemment, dès qu’il commence à faire beau, Etretat devient l’une des destinations week-end préférées des Parisiens donc il y a foule ! Idem sur les périodes de vacances scolaires et week-ends prolongés hors saison.


Même s’il est plus agréable d’avoir un temps sec pour se balader, un ciel orageux donne, je trouve, encore plus de puissance au paysage !


Bonnes adresses à Etretat

N’étant restée que 2 jours sur place, je n’ai évidemment pas testé tous les restaurants d’Etretat mais j’ai collecté quelques bonnes adresses… et ajouté celles données par mon entourage !


Un nom revient très régulièrement : le restaurant Marie Antoinette. Il se situe face à une poissonnerie et les clients peuvent aller directement choisir leur poisson avant de passer à table. Je n’ai pas mangé là-bas car c’est un restaurant de fruits de mer et j’ai la bonne idée d’être allergique aux fruits de mer… mais tout le monde m’en a parlé donc ça doit valoir le coup.


Le midi, j’ai testé une excellente adresse, le Cours d’Eau. Comme beaucoup de restaurants à Etretat, il se situe rue Alphonse Karr. L’accueil était charmant et l’assiette parfaite !


Je vous conseille aussi la crêperie Lann-Bihoué. J’ai essuyé un premier échec faute de réservation… et j’y suis retournée avec succès !


Pour une pause gourmande, un thé, un café ou un chocolat chaud, un brunch… une seule et unique adresse, à ne pas rater : les Délices de Naty. Si un jour elle tombe sur cet article, je lui tire mon chapeau ! C’est un salon de thé tenu par une femme charmante, accueillante, passionnée par ce qu’elle fait.


Elle a créé ce lieu chaleureux, avec des banquettes, des coussins, des théières un peu partout, d’innombrables boîtes de thé des plus classiques aux plus originaux (j’ai découvert le thé jaune Huang Da Cha pour la première fois). Si vous n’aimez pas le thé, il y a aussi plein de boissons gourmandes (avec de la Chantillyyyyyy !), des gâteaux maison.


On peut acheter sur place des thés, tisanes, accessoires pour le thé (sabliers pour mesurer le temps d’infusion, etc). C’est juste l’endroit parfait pour s’abriter au chaud et profiter !


Etretat est vraiment une jolie ville pour un break de 2 jours au bord de la mer. On peut y venir en famille mais on peut aussi s’y concocter un week-end romantique ! Les prix sont globalement assez élevés (restaurants, hébergement, visites), plus encore qu’à Paris parfois… mais en même temps, il n’y a presque rien à faire sur place hormis les falaises dont la visite est gratuite, donc la ville doit bien tirer profit du tourisme autrement !


Issu de l’article: https://www.salutbyebye.com/que-faire-etretat-normandie/

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant.
  • chat
    Ajouter un commentaire